Hypersudation

Transpiration excessive, hypersudation, hyperhidrose

Quelle en est la cause? La transpiration excessive peut être secondaire à certaines conditions médicales comme le diabète, un dysfonctionnement thyroïdien, la ménopause, un désordre d’anxiété, un traumatisme nerveux, etc. La très grande majorité des cas de transpiration excessive est d’origine idiopatique, c’est-à-dire sans cause spécifique connue. Toutefois, on croit à une origine héréditaire possible. Environ 3 % de la population générale en sont atteints et 30 % ont des antécédents familiaux.

Par ailleurs, l’hypersudation a des conséquences directes sur la vie des gens.
Des études sérieuses auprès de 320 patients démontrent que :

  • 55 % étaient modérément limités au travail
  • 48 % étaient très limités au travail
  • 20 % n’ont pu poursuivre une carrière précise
  • 71 % manquaient de confiance en eux
  • 48 % étaient malheureux et déprimés
  • 15 % prenaient des antidépresseurs
  • 25 % ont délibérément manqué des sorties avec leur famille ou leurs amis par gêne

Le BotoxMD comme traitement de l’hypersudation

Le BotoxMD est une protéine (toxine) produite en laboratoire par une bactérie (Botulinum de type A). Des méthodes hautement spécialisées d’extraction et de purification permettent d’isoler le BotoxMD, qui agit en bloquant le déclenchement du messager responsable de la sudation. Ainsi , lorsque le corps envoie un signal nerveux aux glandes sudoripares pour qu’elles se mettent à transpirer, le BotoxMD arrête ce signal, ce qui empêche l’hypersudation.

Le BotoxMD s’utilise depuis plus de 20 ans dans le traitement de plusieurs troubles musculaires tels que le blépharospasme (tic des paupières), le strabisme (yeux qui louchent) et la dystonie cervicale (torticolis). Au cours des dernières années, plusieurs autres problèmes médicaux (incontinence, reflux, maux de tête, etc.) ont trouvé dans le BotoxMD un traitement simple et efficace. De par son profil d’innocuité et le fait d’être reconnu comme traitement depuis plus de 20 ans pour divers troubles médicaux, il devient une solution de rechange très appréciable dans ce genre de traitement. 

Un traitement simple et efficace

Sa simplicité d’application et d’utilisation (1 traitement tous les 7 à 9 mois) et son absence d’effets secondaires importants jouent également en sa faveur.

Plutôt simple à effectuer, le traitement consiste à délimiter d’abord la zone de sudation pour ensuite injecter le BotoxMD en petites quantités aux points parfaitement identifiés. Il suffit alors de quelques injections peu douloureuses et très bien tolérées.

Il faut prévoir de 2 à 10 jours pour noter une diminution de la sudation. Son impact d’ailleurs sur la qualité de vie du client est souvent très manifeste. 

Est-ce une solution pour moi?

Plusieurs études datant du milieu des années 1990 démontrent l’utilité du BotoxMD contre l’hypersudation dans la majorité des cas où il n’y a pas de contre-indications, tels que la grossesse, l’allaitement, certaines maladies neuromusculaires, quelques médicaments, etc. Après évaluation de l’importance et de l’origine de votre problème, le Dre Bernier pourra vous suggérer diverses solutions ou divers types d’intervention.

Questions fréquemment posées sur le BotoxMD

Est-ce un traitement dispendieux?

L’hypersudation étant considérée comme un problème médical, il est donc possible que les compagnies d’assurances couvrent une portion des coûts du traitement. Ces derniers seront également différents de ceux qui sont engendrés par une utilisation du BotoxMD à des fins esthétiques (rides). Les clients doivent donc s’informer auprès de leur compagnie d’assurances. 

Y a-t-il des effets indésirables?

Les effets secondaires au traitement de BotoxMD – tels que les douleurs ou les ecchymoses (bleus) – sont minimes, peu fréquents, passagers et plutôt reliés aux sites d’injection. Certains patients peuvent percevoir une transpiration accrue dans d’autres régions que l’aisselle ou parfois ressentiront des bouffées de chaleur. 

Mon odeur corporelle va-t-elle changer?

Le traitement ne change nullement les odeurs corporelles puisque ces dernières proviennent de la sécrétion des glandes exocrines, lesquelles ne sont nullement affectées par le traitement. 

Il est possible d’obtenir de l’information supplémentaire en visitant les sites suivants :

www.transpirationexcessive.ca 
www.hyperhidrose.free.fr

Avis légal © Copyright 2017, Tous droits réservés