Liposuccion

Liposuccion, lipoaspiration, lipoplastie

 

Le tissu adipeux, notre coussin protecteur, représente autour de 20 % du poids du corps humain. Il est formé d’un nombre fixe de cellules qui emmagasinent les graisses. Le gonflement de ces cellules gorgées de corps gras causera l’embonpoint. La liposuccion, en aspirant quelques-uns de ces réservoirs de lipides, réduit la possibilité d’accumuler des graisses aux endroits traités. Si vous reprenez du poids, la graisse se répartira habituellement dans les cellules restantes en conservant les courbes dictées par la liposuccion.

Une méthode évoluée

Les minuscules canules maintenant utilisées pour la liposuccion permettent des points d’entrée plus petits, presque imperceptibles, qui ne nécessitent pas de points de suture. Les très fines incisions se referment d’elles-mêmes deux ou trois jours après l’intervention, le temps d’un drainage naturel des sécrétions (écoulement). On aura donc peu de gonflements et de douleurs post-opératoires. Ces sondes délicates causent peu de dépressions, ce qui habilite le médecin à travailler près de la peau et à obtenir une surface régulière. 

Les avantages

La liposuccion offre de nombreux avantages comme une guérison rapide, confortable ainsi qu’un résultat harmonisé : les creux, les excédents et les irrégularités sont traités. 

L’anesthésie locale pure, de type Super Wet Technic, constitue un autre progrès notable qui évite les complications liées à l’anesthésie générale. La solution anesthésiante, en plus de permettre une bonne insensibilisation, contracte les vaisseaux et rend les tissus fermes, facilitant ainsi le travail uniforme du médecin. 

Son grand avantage réside dans la mobilité qu’elle permet au patient. En effet, comme celui-ci peut se lever durant l’intervention, l’effet réel de la gravité sur les amas de graisse (la culotte de cheval, par exemple) peut être évalué sur-le-champ. Le médecin a donc la possibilité de travailler les courbes en toute connaissance de cause. 

Comme il y a pratiquement absence de saignement, les ecchymoses (bleus), les gonflements et la douleur sont habituellement peu importants. Il en est de même pour les risques de formation d’adhérences (fixations de la peau). 

La liposuccion peut aussi s’effectuer sous anesthésie générale où l’on injecte une solution contenant de l’adrénaline dans les tissus afin de les raffermir et de diminuer les saignements. 

Qu’est-ce que le lipotransfert interne ?

Introduit par le Dr Saylan et le Dr Blugerman, le lipotransfert interne, ou liposhifting, permet d’égaliser des irrégularités et des imperfections de la peau, qu’elles soient naturelles, causées par un traumatisme ou par une liposuccion. 

Le lipotransfert interne permet également d’améliorer les zones de dépressions de la peau de type cellulite. D’abord, on dégage les fibres provoquant une traction sur la peau, cause des petites cavités. Ensuite, par une technique fermée (donc sans contact avec l’air ni l’oxygène), une aspiration suivie d’une réimplantation simultanée des cellules graisseuses donnent un coussin uniforme. 

Préalablement, le Dre Bernier procède à un marquage précis des zones de redistribution graisseuse. Puis on infiltre la région avec la technique « super humide ». La technique exige de la part du médecin une grande dextérité, de la précision, de la minutie et de la délicatesse. Des instruments très sophistiqués sont donc utilisés. Les tissus sont immobilisés à l’aide d’une compression particulière qui sera maintenue durant sept jours. Toute manipulation agressive de la région devra être évitée pour une période de trois à quatre semaines. 

Le lipotransfert interne présente peu de complications (hématomes, hyperpigmentation transitoire) et un pourcentage élevé de satisfaction (d’environ 88 %).

Questions fréquemment posées sur la liposuccion

Quand puis-je reprendre le travail et mes activités sportives ?
Pour le travail, il faut prévoir environ 2 jours d’absence. Une raideur lors des changements de posture peut se manifester le lendemain; on peut toutefois la soulager avec de l’acétaminophène ou de la glace. La marche est recommandée dès le congé obtenu. On peut prendre une douche fraîche la troisième journée et nager après 3 semaines. Le port de la gaine, jour et nuit, n’est nécessaire que de 5 à 7 jours, puis de jour seulement pour une autre semaine. Après trois semaines, les exercices de musculation, la danse aérobique, la natation, le tennis et la course sont parfaitement envisageables.

Vais-je avoir la peau froissée ?
Il serait exceptionnel qu’une liposuccion en soi crée un relâchement de la peau. Au contraire, on constate fréquemment un meilleur « drapage » de la peau. Si un relâchement survient, c’est qu’il était habituellement présent avant l’intervention, particulièrement au niveau du ventre et de la face interne des cuisses.

Est-ce seulement pour les jeunes ?
Des patients de 16 à 72 ans ont subi des liposuccions. Tout dépend de la qualité des tissus, de l’état de santé du patient et de ses attentes, qui doivent être réalistes. 

Quelles sont les régions pouvant être traitées ?
La liposuccion peut être effectuée sur toutes les régions où l’on observe une accumulation de gras sous la peau. Certaines zones, comme le devant et le derrière de la cuisse ou le mollet, sont toutefois plus délicates : des irrégularités peuvent être occasionnées. 

Est-ce une solution définitive ?
Contrairement à ce qu’on pensait jusqu’ici et pour des raisons inconnues, de nouvelles cellules graisseuses peuvent se développer aux sites génétiquement déterminés chez les personnes qui prennent du poids après une liposuccion. Le maintien du poids et un régime d’activité physique vous gardent d’une récidive.

Y a-t-il des complications ?
Elles sont habituellement peu nombreuses et peu fréquentes, particulièrement lorsque la liposuccion est effectuée sous anesthésie locale pure. Outre les complications inhérentes à toute chirurgie (infection, asymétrie), il y a un faible risque d’hématome (collection de sang) et de sérome (collection de sérum sanguin). Ceux-ci sont traités par une simple ponction. Les irrégularités ainsi que la persistance d’amas graisseux sont plus fréquentes. Lorsque ces irrégularités sont significatives, une retouche peut s’avérer nécessaire (de 3 à 5 %). 

Après combien de temps vais-je constater les bénéfices ?
Lors de votre visite de suivi, 2 mois après l’intervention, d’importants changements sont observables. Cependant, la réorganisation et la stabilisation des tissus peuvent s’effectuer sur une période de 6 à 9 mois, particulièrement pour certaines régions comme le ventre et les mollets.

 

Voir les avant/après

Avis légal © Copyright 2017, Tous droits réservés